La démesure Coréenne

Nous avons atterri à Busan, en Corée du Sud, le 30 Septembre 2016 en soirée. C’était la première fois que nous pénétrions dans un pays par la voie des airs. Et le passage à la douane de l’aéroport nous a encore posé un problème : nous devions en effet donner un contact en Corée du Sud avant de pouvoir entrer dans le pays.

Pour la première fois, nous avions utilisé le site internet « Couchsurfing » pour nous loger (pour ceux qui ne connaissent pas, il s’agit d’un site internet fonctionnant dans le monde entier, sur lequel les locaux proposent une chambre ou tout simplement un canapé chez eux, où nous pouvons dormir gratuitement et passer une très bonne soirée !)

Nous avions donc notre contact à Busan, mais nous n’avions bien sûr pas pensé à marquer l’adresse ! Heureusement, le numéro de téléphone semble suffisant.

Après ça, il a fallu trouver notre hôte. Mais comme souvent avec nous, les choses se sont compliquées : nous avions rendez-vous avec Chan à plusieurs kilomètres de là, alors que notre avion avait déjà presque une heure de retard.

Et les problèmes s’enchaînent : nous ne pouvons pas payer nos tickets de métro en carte, aucun distributeur n’accepte notre carte bleue (nous sommes donc obligés de retourner à l’aéroport pour en trouver finalement un qui fonctionne), et notre téléphone refuse de fonctionner en Corée du Sud ! Nous arrivons donc à notre point de rendez-vous avec une heure de retard sans aucun moyen de joindre notre hôte ! Heureusement nous parvenons à emprunter le téléphone d’une passante afin de contacter Chan, qui avait fini par partir, pensant que nous n’arriverions jamais.

Ça commence bien !

Heureusement, nous passons un très bon moment avec Chan. Il nous emmène manger dans un restaurant, où nous faisons enfin la découverte de la nourriture épicée (au grand dam de Florine), et en particulier du Kimchi, du chou épicé que même Julien parvient difficilement à manger tellement elle est forte !

Chan : notre premier hôte « Couchsurfing »

Chan nous emmène ensuite chez lui, un très joli appartement situé au 26ème étage d’un immense immeuble de Haeundae, dans les faubourgs de Busan. D’ici, nous pouvons déjà observer la modernité de ce pays. Les villes sont immenses, et on n’aperçoit pas la moindre maison à l’horizon. Simplement des grattes-ciel à perte de vue ! Tout à fait l’image que l’on se faisait de pays comme celui-ci.

Vue depuis l’appartement

La modernité de l’appartement est bien différente des conditions de vie qu’on a pu observer en Mongolie. Mais tout est optimisé et agréable à vivre. Le seul point étrange est cet interphone obligatoire dans chaque appartement, dans lequel le concierge lance parfois des avis (comme par exemple lorsque nous y étions, pour rappeler que le lendemain est un jour important pour la Corée du Sud et que chaque résident doit accrocher un drapeau sur son balcon !) Ils ne peuvent pas éteindre cet interphone et il peut y avoir des messages de jour comme de nuit…c’est vraiment étrange.

Nous dormons dans une très belle chambre avec salle de bain privée et vue sur les plages au loin !

Le lendemain nous passons la matinée avec lui puis nous partageons des pizzas avant qu’il ne nous dépose dans un centre commercial (ressemblant d’ailleurs beaucoup plus à Disneyland qu’à autre chose…) où nous lui disons au revoir. Nous aurions aimé rester une nuit de plus et apprendre à le connaître un peu mieux, sachant qu’il est très timide et parle très peu. Mais il n’a pas pu nous accueillir ce soir.

Nous partons donc à la recherche d’une tente. En effet, en Mongolie nous avons vendu la nôtre, vraiment trop petite à la longue, dans l’espoir de pouvoir s‘en racheter une meilleure. Mais nous avons beau arpenter le centre commercial durant plusieurs heures, nous ne pouvons que trouver des vêtements de randonnée mais pas le moindre équipement de camping !

Les centres commerciaux Coréens…tout dans la démesure !

Dépités, n’ayant aucune idée de l’endroit où nous allons dormir ce soir, nous partons visiter le temple Haedong Yonggungsa situé à quelques kilomètres à pied de là, au bout d’une allée de vendeurs ambulants sur les présentoirs desquels on peut trouver toutes sortes de produits fris, d’insectes etc…

Le temple se situe au bout d’un chemin peuplé de statues représentant les douze signes astrologiques sous forme d’animaux.

Le Bouddhisme a beau être la religion dominante de ce pays, il s’agit d’un courant très différent du Bouddhisme de style Tibétain que l’on a pu observer en Mongolie.

Les temples sont plus clinquants, beaucoup plus dans le style chinois. Mais ce temple perché sur des rochers le long de la mer est tout de même très impressionnant.

L’un des temples de Haedong Yonggungsa

Nous partageons la visite avec des centaines d’autres touristes, bien heureux de découvrir les coutumes religieuses très ancrées chez les Coréens.

L’intérieur d’un des temples

Après notre visite, nous repartons en direction de la plage de Songjeong, où nous avons entendu que nous pourrions planter notre tente pour la nuit. Encore faut-il en trouver une ! Mais une fois de plus, nous avons beau arpenter toutes les rues de la ville, nous ne trouvons pas le moindre magasin vendant du matériel de camping !

A l’office du tourisme, on nous apprend que l’endroit le plus proche pour en acheter une se trouve à 1h20 de bus d’ici ! Mais vu l’heure tardive, inutile d’essayer de s’y rendre maintenant. Après un rapide coup d’œil au prix des hôtels, nous laissons rapidement tomber cette possibilité et nous essayons de demander aux personnes rencontrées dans la rue (à défaut de trouver des maisons auxquelles frapper). Mais n’étant plus habitués à cette activité depuis longtemps, nous n’arrivons pas à nous en sortir.

Nous nous renseignons également sur les Saunas Coréens (Jimjilbang), très connus pour passer la nuit après avoir profité des saunas, pour pas très cher. Mais le problème c’est que le mode de vie Coréen n’est pas très adapté à celui Européen : il faut entrer dans ces saunas nus ! Et la nuit, si nous souhaitons rester dormir, c’est directement sur le sol avec des centaines d’autres personnes, tout le monde collé les uns aux autres. Nous laissons donc également tomber cette solution.

Alors qu’il est tard, sans tente, sans téléphone et toujours sans possibilité de retirer de l’argent à cause de notre carte bleue qui ne fonctionne dans aucun distributeur, plus désespérés que nous ne l’avons été depuis bien longtemps, nous tentons finalement de trouver une auberge de jeunesse, que nous pourrons peut-être payer avec les dollars américains que l’on garde dans notre porte-monnaie depuis notre départ, juste au cas où (comme ici, personne n’accepte la carte bleue).

Et après un très long moment, nous arrivons enfin à négocier un dortoir à 20 dollars (tout ce qu’il nous restait…) au lieu de 50000 wons (environ 50$) ! Et en prime, nous avons une chambre rien que pour nous, et une soirée « rencontre » organisée par le propriétaire de l’auberge.

Amateur de chant, il passe une bonne partie de la soirée à parler en Coréen et à chanter pour organiser la soirée « speed-dating » à laquelle nous avons été invités.

Nous avons même l’occasion de partager leur repas (composé d’excellents poulets fris). Malheureusement pour lui, sa soirée n’est pas vraiment ce qui était prévu, puisque nous sommes le centre de l’attention durant toute la soirée, personne ne s’occupant du thème prévu.

Soirée « Speed-dating » à Busan

Nous passons une excellente soirée avec ce groupe, comme si nous étions dans une famille et non dans une auberge de jeunesse ! Nous apprenons beaucoup de choses sur les Coréens, comme par exemple que tous les Coréens du pays fêtent leur anniversaire le premier Janvier, sans aucune exception. De plus, tous les enfants naissent à l’âge de 1 an, et non zéro. Et comme à chaque premier jour de l’année ils prennent un an supplémentaire, certains enfants (ceux qui sont nés en décembre par exemple) fêtent leurs 2 ans un mois à peine après leur naissance ! C’est étrange mais très intéressant à apprendre.

Nous nous couchons à 1h du matin, et le lendemain, nous partons enfin en direction du centre commercial situé à 1h20 de bus, où nous pourrons visiblement acheter une tente. Mais avant, nous devons trouver un moyen de retirer de l’argent ! Nous décidons de faire du stop vers le centre de Haeundae sous une chaleur vraiment étouffante. Un groupe de Coréens à pied s’arrête pour nous demander si nous avons besoin d’aide, et après nous avoir aidé à chercher une voiture (sans succès) ils nous emmènent aux-même dans le centre au lieu d’aller au restaurant qu’ils avaient prévu !

Le stop semble être une vraie partie de plaisir en Corée du Sud. Et finalement, tout finit par s’arranger : nous arrivons enfin à retirer de l’argent, et l’après-midi, au centre commercial nous trouvons enfin une tente de très bonne qualité pour pas trop cher ! Nous en profitons même pour racheter deux matelas auto-gonflants (les nôtres étant percés depuis un moment). Vu l’heure tardive, nous décidons de retourner passer une dernière nuit à Busan avant de monter vers le Nord du pays. Mais comme il fait nuit, impossible de faire du stop. Nous rentrons donc en bus (au milieu du chemin, le chauffeur s’arrête et fait descendre tout le monde sans raison. Nous sommes donc obligés de reprendre un ticket pour continuer notre route !).

Comme prévu nous plantons notre nouvelle tente sur la plage de Songjeong (comme beaucoup d’autres personnes) et nous passons la nuit la plus chaude de notre voyage !

Une nuit sur la plage…

Au réveil, la chaleur est tellement insoutenable que nous sortons en quelques minutes, en maillot de bain, et nous nous jetons dans la mer pour nous rafraîchir.

Notre nouvelle tente : plus voyante que l’ancienne !

En fin de matinée, nous faisons du stop pour nous rendre dans le centre de Haeundae afin de prendre un métro pour quitter la ville.

De là, nous reprenons le stop en direction de Daegu, et pour la troisième fois, nous n’attendons que quelques minutes avant de trouver une voiture. Les Coréens sont vraiment d’une incroyable gentillesse. Ils ne connaissent pas vraiment le principe de l’auto-stop, mais lorsqu’ils voient des Européens sur le bord de la route avec un panneau sur lequel est écrit le nom de leur ville, ils n’hésitent pas un seul instant et s’arrêtent pour nous aider ! C’est vraiment incroyable.

Ces deux hommes nous offrent des canettes de café au lait froid (oui ça existe, et ce n’est pas si mauvais que ça !). Après un moment nous leur expliquons que nous cherchons à dormir chez l’habitant. Ne comprenant pas trop notre principe, ils veulent nous déposer dans un temple où d’après eux nous pourrons demander l’hébergement. Mais comme c’est situé très loin du centre nous refusons, et nous nous rendons à la gare centrale. De là, pour la deuxième fois nous essayons de faire des demandes sur le site internet « Couchsurfing ». Et visiblement, c’est un site qui marche vraiment bien en Corée du Sud, puisqu’en quelques minutes, nous sommes invités à nous rendre chez Miko, d’origine indonésienne et sa femme.

Comme à Busan chez Chan, nous avons une superbe chambre avec salle de bain privée située au 20ème étage d’un immense immeuble (comme partout en Corée du Sud finalement…).

Miko nous offre un excellent restaurant (on commence à être habitués !) puis on se balade un peu dans les rues très lumineuses et colorées de Daegu avant de faire connaissance avec sa femme, professeur de piano.

L’un comme l’autre savent vraiment comment accueillir les invités et on se sent comme à la maison !

Chez Miko et sa femme

Le matin, on a droit à un petit déjeuner royal mais un peu étrange : des spaghettis bolognaises ! Pourquoi pas…et puis c’est bon.

Étrange petit-déjeuner…

Puis on monte en voiture vers 9h…sans avoir aucune idée de l’endroit où Miko nous emmène ! En fait il nous conduit à son travail. Il est chauffeur personnel pour un chef d’entreprise : Stone, qui semble vraiment ravis de nous rencontrer. Sans trop savoir pourquoi, on les accompagne durant toute la journée dans leur tournée. L’entreprise de Stone est propriétaire de neuf supermarchés, et il doit se rendre dans deux d’entre eux pour des réunions. On monte donc avec les deux hommes dans une sorte de petite limousine avec sièges en cuir…si on s’attendait à ça ! Durant ses réunions, nous patientons avec Miko dans le supermarché. Stone nous offre une boisson à l’Aloé Vera, un vrai délice !

Visiblement, nous sommes partis pour passer la journée avec eux, puisque le midi Stone nous invite dans son restaurant (et oui, il est aussi propriétaire d’un Restaurant Coréen !). En tant que propriétaire, Stone commande ce qui semble être tous les plats de la carte ! Notre table déborde tellement que nous sommes obligés de déborder sur la table d’à côté !

Quand on mange avec le patron…

Mais quel régal ! C’est un vrai barbecue Coréen, loin de ceux que l’on peut trouver en France. La viande est excellente, et chaque petit plat mérite d’être goûté. Mais à quatre pour tant de nourriture, les ventres sont vite pleins !

Nous pensions dire au revoir à Stone après le repas, mais c’était sans compter sur sa volonté de passer plus de temps avec nous. Alors, sans rien avoir prévu, il décide de ne pas aller travailler cet après-midi-là, et de nous emmener tous les trois (avec Miko) visiter le temple Haeinsa, apparemment le plus connu de Corée du Sud, situé à environ une heure de route de Daegu.

Stone paye l’entrée de ce magnifique temple, perché au sommet d’une montagne, que des milliers de touristes escaladent chaque années comme un pèlerinage.

Vœux laissés par les visiteurs

Finalement, le temple est beaucoup moins impressionnant que ce à quoi nous nous attendions. Mais on comprend tout de même l’engouement des Coréen lorsqu’ils en parlent. Car malgré tout, le temple est quand même très joli (mais très semblable à celui de Haedong Yonggungsa à Busan).

Au gré de la visite, nous croisons quelques moines, se fondant parfaitement dans cette ambiance religieuse.

Avant de partir, Stone, estimant visiblement n’en n’avoir pas encore fait assez pour nous, nous offre le seul livre en Français de la boutique de souvenir (un livre sur la religion Catholique…on a du mal à comprendre ce que ça fait ici !) ainsi qu’une pizza coréenne, du saké et d’excellentes chips sucrées.

Une journée avec Miko et Stone

Puis, il est temps de rentrer à Daegu. Nous sommes incapables de remercier Stone pour tout ce qu’il nous a offert, ainsi que Miko pour nous avoir permis de rencontrer son patron.

La sortie féérique du temple

Il est déjà tard, mais les deux hommes nous déposent à l’entrée de l’autoroute afin que nous fassions du stop en direction du Nord. Le problème, c’est que grâce à Couchsurfing nous avons déjà un hôte qui nous attend ce soir à Daejeon….qui est situé à 2h de route d’ici alors qu’il est déjà 16h ! De plus, au bout de quelques minutes, nous sommes chassés de notre spot par les responsables du péage devant lequel nous nous sommes installés.

Finalement, un Coréen vient discuter avec nous, et nous passe au téléphone une femme parlant Français. En quelques minutes, ces deux inconnus se plient en quatre pour nous aider. Et sans que nous ayons le temps de réagir, nous montons dans la voiture de l’homme, qui nous conduit à un arrêt de bus où il paye directement au chauffeur deux billets pour nous rendre à la station de train ! Nous avons à peine le temps de le remercier avant que le bus ne parte, et nous le regrettons vraiment. Nous refusons toujours l’argent que les gens veulent nous donner, mais cette fois-ci nous n’avons pas eu le temps de l’en empêcher !

Nous voici donc à la gare centrale, où nous regardons les prix pour nous rendre à Daejeon. Mais nous laissons rapidement tomber cette idée ! Comme beaucoup de choses dans ce pays, les trains sont hors de prix ! Alors avec regret, nous envoyons un message à notre hôte de ce soir afin d’annuler notre arrivée, puis nous recontactons Miko et sa femme afin de savoir s’ils accepteraient de nous accueillir pour une seconde nuit. Et comme nous nous y attendions, ils acceptent sans aucune hésitation !

Alors que c’était à nous de les remercier pour leur gentillesse, c’est eux qui nous offrent un cadeau : un smartphone dont ils ne se servent plus et qu’ils allaient jeter à la poubelle !! Incroyable après tout ce qu’ils nous ont déjà offerts ! Et sachant que depuis que nous avons quitté la France nous n’avions qu’un tout petit téléphone, nous l’acceptons avec plaisir !

Nous passons donc une seconde soirée avec cet adorable couple, et le lendemain matin tôt, ils nous redéposent au même endroit pour faire du stop… mais la différence avec hier, c’est qu’aujourd’hui il pleut des cordes !

Et pour cause, nous apprendrons plus tard dans la journée qu’à ce moment-là, le typhon Chaba s’abattait sur Busan, créant un tsunami qui a balayé la côte, à l’endroit même où nous dormions sur la plage il y a quelques jours… Nous n’arrivons toujours pas à imaginer la chance que nous avons eu !

En attendant, nous finissons par trouver une voiture au bout d’une heure. Nous faisons la connaissance avec un PDG, créant des machines à laver et se rendant à Séoul pour un séminaire. Finalement, nous décidons donc de le suivre jusqu’à la capitale et de ne pas s’arrêter à Daejeon. Ce serait dommage de ne pas profiter d’avoir une voiture !

Nous nous dirigeons donc avec ce très gentil PDG qui ne parle pas anglais, mais qui nous offre le restaurant du midi, ainsi que de petits cakes excellents (mais dont nous ne connaissons absolument pas la contenance !).

Une fois de plus nous sommes impressionnés par la gentillesse des Coréens ! Nous ne nous y attendions absolument pas, et c’est une très belle surprise !

Nous nous dirigeons donc vers la capitale de la Corée du Sud, avec au loin, un champ de gratte-ciel qui se remarque à des dizaines de kilomètres à la ronde !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *