La région des tartes flambées

Après 4 jours passés en Belgique (et un rapide passage au Luxembourg) nous voici de retour en France. Fini les sourires à chaque voiture qui passe. Nous avons maintenant droit aux visages moroses, et même à quelques insultes…

Nous nous retrouvons non loin d’Épinal, dans les Vosges. Il pleut, il est tard, et pour la première fois depuis le début du voyage, nous décidons de frapper aux portes pour demander un bout de garage afin de poser nos matelas. Mais finalement, au bout du troisième essais, nous tombons sur Conception et David,  un couple Hispano-Portugais vraiment généreux, qui nous offrira un repas ainsi qu’un bon lit pour la nuit.

DSC00093

Accueil très chaleureux à Golbey dans les Vosges, avec David et Conception

A peine le temps de les remercier pour leur accueil très chaleureux que nous voilà en train de visiter les Vosges. De cette région, nous ne retiendrons malheureusement que le nom de Gerardmer, très jolie petite ville bordée par un lac et 40km de pistes skiables.

DSC00094

Le lac de Gerardmer

Puis après ce bref passage en Lorraine, nous faisons notre entrée en Alsace. Notre préférence pour cette petite région s’accentue avec les kilomètres. Les gens y sont très sympathiques et se plaisent à parler de l’histoire de leur région. Mais pour cette fois, nous ne choisirons pas de frapper aux portes, et nous n’attendrons pas que quelqu’un nous propose un lit. Nous avons déjà une adresse : chez Mathieu (cousin de Florine) et Céline, chez qui nous passerons 3 nuits à Geispolsheim, et qui nous feront goûter de très bonnes tartes flambées.

DSC00144

Mathieu, Céline, Charline et Ludivine (filleule de Florine) à Geispolsheim

Cette petite pause dans notre principe de voyage nous permet de nous reposer un peu et de visiter la très belle ville de Strasbourg avec sa gigantesque cathédrale, ainsi que de monter tout en haut du Mont Saint Odile, duquel nous pouvons observer les très beaux alentours.

DSC00131

Vue du Mont Sainte Odile sur l’Alsace

Puis il est temps de repartir… Après plusieurs heures d’attente, nous finissons par monter dans la voiture d’un chocolatier, qui à défaut de nous faire goûter ses créations, nous permet de quitter la France et de passer une nouvelle frontière : l’Allemagne.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *